samedi 26 janvier 2019

Rahul Mishra présente sa collection Printemps - été 2019


Rahul Mishra                                                                                                                 Créateur de mode 
Rahul Mishra
                                                                          d’origine indienne, Rahul Mishra vit à Dehli. Il a remporté le prix international Woolmark en 2014 à la Fashion  Week de Milan. Sa collection a été vendue dans les magasins du monde entier.





Collection été 2019 Rahul Mishra

Cette année, il présente sa collection printemps été à Paris.
D’après son livre, GOSSAMER, sa vision reflète  ses souvenirs d’enfance, les taies d’oreillers brodés les rideaux, les nappes de table brodés . Il dit : « J’ai transformé l’art de Chikankari  et Daraz en une création de luxe », « avec  l’ expérience  personnelle on se réfère à son milieu pour donner aux vêtements sa beauté et sa splendeur ».  Mishra  se souvient  encore de la broderie indienne, son artisanat, le travail des tisserands, ceux qui tissent du coton blanc avec des motifs fleuris . Rahul Mishra réalise des robes, des jupes et de blazers tout blanc, Il apprécie aussi la couleur bleue; Certaines robes sont brodées   par des femmes de la ville de Lucknow, dans le nord de l'Inde.

Rahul Mishra , collection Printemps - été





  

Rahul Mishra, Fashion week à Paris
L’œuvre de Rahul Mishra est basée sur des techniques traditionnelles. Il présente les robes brodées à la maille antique, robes en coton fleurie, légère comme le voile.  Il utilise le       textile tissé  au Bengale occidental, notamment un coton à carreaux bleu et blanc légèrement graphique rappelant le village de son enfance . Il a expliqué  comment les pièces recouvertes de pétales d'Organza bleues et rose et de cristaux de Swarovski représentaient l'hortensia qu'il a dessiné avec sa fille. Les broderies botaniques finales sur le noir étaient la réplique de son domicile. Par rapport aux pièces superposées qui pourraient être adaptées au bureau ou à l’extérieur si nécessaire, ces robes seraient mieux adaptées aux occasions spéciales et ne passeraient pas inaperçues.
    Mishra   en tant que designer indien de renom à la Fashion Week de Paris met en lumière l’artisanat de son village natal. Les consommateurs peuvent apprécier et se réjouir de la matière qui n’irrite pas le corps et qui est solide, et de qualité durable. 

Thérèse Diatta Ngoboh

jeudi 17 janvier 2019

VOEUX DE CHRISTOPHE GUILLARME AVEC SA NOUVELLE COLLECTION PRINTEMPS ETE

CHRISTOPHE GUILLARME, CRÉATEUR DE MODE HAUTE COUTURE

Christophe Guillarmé

« Femmes, je vous aime »

Christophe Guillarmé  né à Antibes en 1977. Diplômé de l’École supérieure des arts appliqués Duperré, il travaille tout d'abord chez Jean-Charles de Castelbajac, Dice Kayek et Stella Cadente avant de lancer sa première collection en tant que jeune créateur en 1998.
Il habille  des personnalités comme Mia Frye, Nora Arnezeder, Hélène Segara, Hafsia Herzi, Victoria Silvstedt ainsi que la triple vice-championne du monde de patinage artistique, Surya Bonaly.
En 2007, en tant que jeune créateur, la fédération de la haute-couture lui a permis de faire défiler sa collection printemps-été 2008 dans les bâtiments du Ministère de la culture et de la communication, à Paris.

 Christophe Guillarmé assiste régulièrement au Festival de Cannes où il présente son show-room, et met à disposition des tenues pour la montée des marches.  Il a d’ailleurs tout récemment organisé un défilé au Palais des festivals et des congrès de Cannes
VŒUX DE CHRISTOPHE GUILLARME POUR LE NOUVEL AN







Modèle de Christophe GUILLARME
En 2010, il a participé à l'émission de télé-réalité La Ferme Célébrités en Afrique, diffusée sur TF1, au bénéfice de l'association Sidaction, Christophe Guillarmé a également créé un parfum,  Le Tapis Rouge et lancé peu après sa participation à La Ferme célébrités en Afrique, en collaboration avec le parfumeur Jean-Denis Saisse. Conçu comme un hommage au festival de Cannes, il est dédié aux femmes « ultra-féminines » et « contemporaines » Christophe Guillarmé présente une nouvelle collection Printemps – Eté 2019.



Christophe Guillarmé, disponible pour  toutes les femmes. Pour Christophe Guillarmé, Toutes les femmes méritent de se mettre en valeur avec de belles tenues selon leur choix. 



                                                 THERESE DIATTA NGOBOH



lundi 17 décembre 2018

Kadji Defosso


 

Fu’a Toula Kadji Defosso, ses funérailles, du 14 au 15 décembre 2018
 
Bana ( Ouest du Cameroun)
 


Kadji Defosso, mort le 15 septembre dernier en Afrique du Sud. L’industriel Kadji Defosso, originaire de Bana (Ouest du Cameroun), laisse un empire, un patrimoine derrière lui, sa famille, enfants, petits enfants, sa sœur, qu’il a tant aimé, sa veuve, ses neveux, la liste est longue, sans oublier le village Bana, ils lui ont tous rendu hommage lors des funérailles à Bana du 14 au 15 décembre 2018.
Gilbert Kadji aux côtés de sa belle fille à droite et son fils à gauche

Papa Kadji a vraiment été aimé, comme il a su bien le rendre à tous, un amour immense qu’il a su partager avec les siens. Que dire de plus de ce patriarche qui s’en va avec son secret, mort à 95 ans… Tout le village de Bana le pleure encore aujourd’hui, tel qu’on a pu le constater lors des Funérailles. Tout le monde était convié à ces funérailles qui ont duré deux jours.


Parade, danse folkorique



La nuit du 14 décembre, toute sa famille, les enfants, Gilbert Kadji (rassembleur  comme son père), Maître Josette Kadji, Nicole Kadji, ses neveux et petits fils, Odette Sanga ( sa nièce), Lucienne Sanga et autres, assistaient à une messe d’action de grâce à la chapelle saint Joseph  tout en marbre édifié par papa Kadji Defosso. La messe en présence de nombreux invités était suivie d’une grande réception à la demeure de Kadji Defosso, les amis, et villageois y étaient conviés. Ensuite il y a eu une procession avec la famille du défunt autour de son caveau.
 
Odette Sanga
 
 
 
 
 

La vraie cérémonie, la clôture des Funérailles qui avait réuni plus de 800 personnes s’est déroulée selon la tradition Bana. Kadji Defosso a su inculquer à ses enfants les valeurs traditionnelles : le sens d’accueil, l’art de recevoir avec humilité en toute simplicité. Ainsi, en présence des autorités Camerounaises, de nombreux invités venus du monde entier, nous avons assisté à une grande parade, une marche saccadée au rythme de la percussion  et les chants folkloriques.

Les Funérailles à Bana : l’hommage qu’on rend au défunt, c’est en deux phases, on marche sur la cadence du rythme du tambour, la troupe familiale se lamente, certains pleurent, ensuite le rythme et les paroles de la chanson changent, ce n’est plus la tristesse, c’est le bonheur, la joie, la famille a enfin accepté le repos du défunt, elle célèbre alors la vie.
 
Thérèse Diatta Ngoboh